6.8.04

Le saigneur des agneaux

Dans la célèbre trilogie de Tolkien, le hobbit Frodon se retrouve porteur d'un anneau démoniaque. A l'intérieur de cet anneau est gravée en lettres de feu la dernière strophe d'un poème maléfique :

One ring to rule them all,
One ring to find them,
One ring to bring them all,
And in the darkness bind them,
In the land of Mordor, where the shadows lie.


A l'époque où j'ai lu pour la première fois ces strophes, j'étais un jeune garçon et les aventures de Frodon m'avaient littéralement captivé. Lorsque, plus âgé et maîtrisant mieux l'anglais, j'ai enfin pu me plonger dans la version originale, la musique des vers de Tolkien m'a ravi. Mais le libertarien qui sommeille en moi même lorsque je me réjouis du retour d'Aragorn sur le trône de Minas Tirith veille au grain...

"One ring to rule them all"

Mon Robert-Collins m'apprend que la signification la plus courante du verbe "to rule" est "gouverner". Le but ultime du seigneur du mal dans l'épopée de la Terre du Milieu est donc de gouverner et c'est à cette fin qu'il conçoit son anneau maléfique. Les afficionados des aventures des Neuf se rappelleront par ailleurs que l'Anneau tente tous ses possesseurs en leur faisant miroiter le pouvoir qu'il pourrait leur apporter. Bien entendu, il s'agit d'un leurre, car seul Sauron le maléfique détient le vrai pouvoir. Celui qui souhaiterait utiliser l'anneau commencerait par faire le bien, mais le pouvoir de l'anneau pervertirait peu à peu son esprit et il deviendrait un nouveau seigneur du mal, faisant ployer chacun sous son joug maléfique.

Hmm, suis- je le seul à y voir une analogie avec le pouvoir du gouvernement ? Tous ces politiciens, qui se sont lancés dans cette carrière par idéalisme et par passion, qu'ont-ils fait de leurs beaux idéaux ? Le pouvoir les a corrompus, et maintenant ils sont les valets des divers groupes d'intérêts qui les manipulent.

La solution qu'avaient trouvé les sages rassemblés à Rivendell pour contrer ce pouvoir maléfique était de détruire l'anneau. Il serait peut-être temps que nous songions à abolir l'Etat.

3 Commentaires:

Blogger Jerome Morrow a écrit...

Refexion très intéressante. Je suis globalement d'accord, même si je reste pessimiste et donc ne souscrit pas à la dernière phrase (et à seulement celle-ci). N'est-il pas vain de vouloir détruire le noir pour sauver la lumière ? Ne peut-on pas seulement espérer repousser l'obscurité par la flamme de sa volonté ?

8/8/04 19:11  
Blogger Constantin a écrit...

Question fort intéressante, qui nous ramène au noeud du débat jamais achevé entre anarcho-capitalistes et minarchistes. Pour rester dans le domaine de la métaphore tolkienienne, je vous répondrai que l'Obscurité créée par Sauron ne ressemble en rien à l'obscurité naturelle, celles des ombres et de la nuit. Tolkien fait très clairement cette différence dans son récit. Les Elfes, par exemple, vénèrent la nuit et les étoiles. Il ne s'agit donc nullement de supprimer l'obscurité, mais plutôt de se débarasser de cette obscurité malsaine et artificielle créée par Sauron - je veux dire l'Etat.

9/8/04 09:52  
Blogger Jerome Morrow a écrit...

Très belle métaphore.

9/8/04 11:35  

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil