11.2.06

Infantilisation et déresponsabilisation : une nouvelle étape est franchie

Un vent favorable m'a fait parvenir la dépêche suivante :


UE: les briquets devront bientôt être munis d'une sécurité-enfant
(09/02/2006 14:33)
Les Etats membres de l'Union européenne (UE) et la Commission
européenne sont tombés d'accord jeudi pour imposer d'ici l'année
prochaine la présence de sécurité-enfant sur tous les briquets qui
seront vendus en Europe. Déjà obligatoires aux Etats-Unis depuis 1995
notamment, ces briquets sécurisés sont équipés d'un système
nécessitant deux pressions simultanées pour obtenir une flamme,
réduisant ainsi le risque que des enfants en bas âge puissent les
allumer. Selon des estimations, entre 34 et 40 personnes,
généralement des enfants, sont tués chaque années dans l'UE par des
incendies provoqués par des enfants jouant avec des briquets non
sécurisés. L'imposition d'une sécurité-enfant représente un
surcoût de fabrication de l'ordre de 1 à 5 eurocent par briquet. La
mesure doit à présent être approuvée par le Parlement européen.
(NLE)


Voilà bien une mesure absurde et inutile, qui démontre en outre un sens des priorités particulièrement biaisé. En effet, que nous apprend-on ? Que le nombre de décès causés par les incendies allumés par des enfants jouant avec des briquets non sécurisés se situe "entre 34 et 40 personnes, généralement des enfants". De 34 à 40 décès sur une population de plus de quatre cent millions d'individus, voilà qui est en effet préoccupant.

Intéressons-nous un instant à la population belge, sur la mortalité de laquelle nous diposons d'intéressantes statistiques. A défaut d'être récentes (les chiffres les plus "actuels" datent de 1997), elles sont néanmoins instructives. Nous y apprenons notamment qu'il y a environ cent mille décès par an en Belgique. Parmi ces cent et quelque milles décès, les statistiques belges nous apprennent que 0,08% de ces décès ont pour cause les incendies. Soit environ 80 personnes par an. Mais rien sur la cause des fameux incendies. D'ailleurs, si je veux bien encore imaginer que les services d'incendie ou les assureurs des différents pays disposent de statistiques sur les causes d'incendie et sont capables de déterminer combien sont causés par des enfants jouant avec le feu sans supervision, je me demande comment diable ils ont pu déterminer qui jouait avec des "briquets non sécurisés" et qui jouait avec des allumettes. Mais passons.

Puisque nous ne disposons pas de statistiques directes, utilisons une petite règle de trois et rapportons la proportion de population Belgique/Europe aux "estimations" de nos experts européens. La population belge, dix millions de personnes, représente 10/450èmes de la population de l'Europe des 25. Donc, cela veut dire que 1,17 décès par an sont causés en Belgique par les briquets non sécurisés. Un décès sur cent mille. Pour un décès sur cent mille, l'Union Européenne décide de compliquer la vie de 450 millions d'utilisateurs potentiels en leur faisant "presser simultanément deux boutons" pour obtenir une flamme. Bonne chance pour allumer votre cigarette à l'extérieur si par hasard il y a une légère brise. Pourquoi à l'extérieur ? Mais parce que dans notre beau pays il est désormais interdit de fumer à l'intérieur des bâtiments où l'on travaille. Les hordes de fumeurs chassés par cette nouvelle loi et qui tenteront d'allumer leur cigarette vont sans aucun doute bénir les autorités européenne de leur prévoyance.

Autre petite statistique amusante : le site de la firme BIC, leader mondial du briquet jetable, nous apprend qu'un briquet peut produire environ trois mille flammes. BIC vend chaque jour quatre millions de briquets jetables. Ce qui nous fait donc douze milliards de flammes potentielles vendues chaque jour à travers le monde, soit quatre mille trois cent quatre-vingts milliards de flammes créées par les briquets chaque année. Il faut peut être trois ou quatre essais à un gamin pour allumer les rideaux de sa chambre ou enflammer quelques morceaux de papier. Je suppose que vous voyez où je veux en venir.

En clair donc, les commissaires et députés européens s'échinent à produire des réglementations pour prévenir un dix millième des décès européens, et pour ce faire compliquent la vie de millions de personnes qui utilisent un briquet chaque jour. Sans compter le surcoût que cela représente pour les consommateurs, puisqu'on nous annonce une augmentation de 1 à 5 eurocents du coût de production prix des briquets. En clair, un surcoût de production de 40.000 à 200.000 euros par jour. Ce qui représente, soit dit en passant, le coût salarial annuel moyen d'un ou deux ouvriers (un s'il est belge ou français, cinq à six s'ils sont estoniens, irlandais, anglais ou tchèques).

Voilà donc pour le sens des priorités de nos édiles. Mais ce n'est pas tout. Que dire de l'infantilisation du citoyen lambda ? Je me rappelle fort bien de l'attitude des mes propres parents à l'égard des briquets et allumettes présents dans la maison. Ils étaient rangés dans un endroit, la cuisine, dont l'accès, jusqu'à ce que mon frère et moi ayions atteint l'âge de raison, ne pouvait de toute façon se faire sans supervision parentale. Mes parents prenaient en outre soin de nous laisser de temps à autre manipuler ces objets, toujours sous leur supervision, afin, par exemple, d'allumer un feu dans la cheminée du salon ou une bougie sur un gâteau d'anniversaire, tout en nous expliquant les règles élémentaires de sécurité. En clair, il était à l'époque de la responsabilité des parents d'éviter que leurs enfants ne s'amusent avec des allumettes ou des briquets. Désormais, les parents peuvent se rassurer : nos politiciens veillent un peu plus sur leurs enfants à leur place. La politique d'infantilisation et de déresponsabilisation des individus, nécessaire à la perception de l'Etat comme absolument nécessaire, enregistre une nouvelle victoire.


La sécurité, c'est la soumission
La liberté, c'est l'esclavage.







P.S. Dernière petite remarque : la dépêche nous apprend que les briquets "sécurisés" sont déjà obligatoires aux Etats-Unis depuis 1995. J'ai séjourné une dizaine de fois dans diverses régions des USA depuis cette époque, des séjours de deux à six semaines au cours desquels j'ai acheté ou utilisé de nombreux briquets. Je n'en ai jamais vu un seul équipé d'une sécurité. Alors soit cette histoire de briquets obligatoires est une blague, soit je vis dans un univers parallèle où cette obligation n'a pas été votée par le Sénat fédéral ni par un quelconque Parlement fédéré.

7 Commentaires:

Blogger RonnieHayek a écrit...

On se croirait décidément dans SOS Bonheur !

Sinon, il faudrait aussi se demander, comme pour toute législation, à qui profite cette nouvelle ineptie.

11/2/06 16:46  
Anonymous Anonyme a écrit...

Je viens de passer 2 semaines en Amerique (Quebec+NY), et effectivement les briquets sont équipés d'une sécurité.

Mais je suis entièrement d'accord sur le message.

12/2/06 04:06  
Blogger Constantin a écrit...

Etonnant. L'an passé, en Floride, ce n'était pas encore le cas. Mais peut-être ne s'agit-il pas d'un réglement fédéral.

Peut-on savoir à quoi ressemble cette sécurité ?

12/2/06 16:01  
Blogger Vieuxfusil a écrit...

Je viens de passer votre site. Bien que n'ayant sans doute pas la même sensibilité socio politique disons, je trouve le blog intéressant.Bonne continuation... Et quant aux briquets, cela dviendra difficile d'allumer le gaz... Mais suis-je bête tout le monde a un micro-ondes maintenant...

12/2/06 21:31  
Blogger Constantin a écrit...

Merci de votre visite. N'hésitez pas à laisser d'autres commentaires, surtout si vous n'êtes pas d'accord avec ce que j'écris, un débat est toujours plus enrichissant que le consensus.

13/2/06 13:36  
Anonymous Philippe S. a écrit...

Excellent article !

On pourrais aussi calculer le temps / argent dépensé à payer les parlementaires pour sortir des inepties pareilles... mais ca ferait trop peur je pense ;)

3/3/06 12:37  
Blogger Constantin a écrit...

Sans compter que ces joyeux drilles déménagent je ne ne sais combien de fois par an avec armes et bagages entre Bruxelles et Strasbourg.

8/3/06 00:53  

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil