13.9.06

Simplification administrative ?

Le magazine Trends publie cette semaine une fort intéressante interview de Vincent Van Quickenborne, le secrétaire d'Etat à la simplification administrative. Si si, ça existe. Et le brave monsieur n'a pas la langue en poche. Jugez-en plutôt :

Trends : Quels sont vos principaux adversaires dans cette simplification ?

VVQ : d'abord, les organisations professionnelles elles-mêmes, qui sont les premières à réclamer la simplification, mais qui utilisent parfois les règles pour se protéger. Cette année, avec Sabine Laruelle, nous avons aboli les conditions d'accès à huit professions. Certains ont trouvé cela scandaleux.



Pour ceux qui en doutaient encore, voici bien une source que l'on ne peut soupçonner de partialité. Un homme d'Etat reconnaît enfin noir sur blanc que le corporatisme en marche est partie intégrante l'Etat-Providence à la Belge.

Bien sûr, il n'y a pas que les patrons à profiter honteusement de l'Etat :

Lorsqu'un employeur engage du personnel, les formalités se font électroniquement, le pointage des chômeurs a pu être aboli; même les C4 se font par voie électronique. Techniquement, nous pourrions même verser directement les allocations de chômage sur le compte en banque du chômeur. Les syndicats, qui remplissent ce rôle, n'y sont évidemment pas favorables, et il n'y a pas de majorité politique pour changer les choses. Cela nous coûte 135 millions par an, somme que l'on pourrait consacrer à des mesures contre le chômage, plutôt que les investir dans l'administratif.


Rentrez vous bien ça dans le crâne : chaque année, par peur de déplaire aux syndicats, le gouvernement leur abandonne 5 milliards 446 millions de francs belges. En clair, chaque année, ces brigands nous piquent des milliards de francs directement dans le portefeuille avec la complicité bienveillante des partis politiques. Rappelez -vous bien cette vérité première lorsque ces ordures organiseront le prochain blocus des transports en commun bruxellois ou lorsqu'ils viendront, la voix onctueuse, insiter sur le rôle important des syndicats devant les journalistes de la RTBF qui leur servent habituellement la soupe.




5 Commentaires:

Anonymous Exu a écrit...

Que c'est bon de lire ça !

14/9/06 08:25  
Blogger melodius a écrit...

Q avait également eu une brette avec le gouvernement flamand en faisant remarquer que si le fédéral abolissait une règle administrative à la con dans un secteur quelconque, ce n'était pas pour que les Flamands en pondent aussitôt de nouvelles...

14/9/06 11:55  
Blogger Murdock a écrit...

J'ai toujours eu de la sympathie pour le "senator Q". Un secrétaire d'état qui reconnaît fumer des joints ne peut pas être aussi pourri que ses collègues.

14/9/06 12:07  
Anonymous Paul a écrit...

Ce système de paiement des allocations de chômage par les syndicats m'a toujous ulcéré!

Finalement, l'état prélève les cotisations des travailleurs et ensuite il demande à des tiers de se charger du versement!

Quelqu'un a parlé de privatisation?

Pourquoi les travailleurs qui le souhaitent ne verseraient-ils pas une prime d'assurance chômage à l'organisation de leur choix? Les syndicats s'élèveraient bien vite contre certains abus!

Fondamentalement, il est malsain que ceux en charge de la défense des intérêts de ceux qui travaillent défendent en même temps les intérêts de ceux qui vivent de leurs cotisation!

15/9/06 10:42  
Blogger Constantin a écrit...

Le système actuel est tout bénéfice pour les syndicats :

1) leur système de versements fonctionne mieux que la CAPAC, qui est sous-staffée et bureaucratique au possible. Ce qui met donc à disposition des organisations syndicales le moyen de recrutement le plus efficace : ceux qui veulent leurs allocations de chômage à temps doivent se syndiquer. Voilà qui explique pourquoi les syndicats "représentent" encore tant de personnes en Belgique

2) le système représente une source facile et intarissable d'argent qu'il leur serait beaucoup plus difficile d'extorquer directement à leurs membres

16/9/06 11:26  

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil